La sophrologie, maillon fort des thérapies après-cancer

La sophrologie, maillon fort des thérapies après-cancer

Qu’est-ce que la Sophrologie ?

 « L’HOMME DOIT HARMONISER LE CORPS ET L’ESPRIT » affirmait Hippocrate.

 Alfonso Caycedo, neuropsychiatre Colombien, porté par cette même conviction, a inventé le terme Sophrologie que l’on peut traduire par l’étude de la conscience harmonieuse et de l’équilibre entre le corps et l’esprit ou, plus simplement « Bien dans sa tête, bien dans ses baskets ».

Pas facile, a priori, lorsque l’annonce du cancer résonne comme une bombe. Le corps est anéanti, la tête, ébranlée.

La Sophrologie qui associe un travail du corps et de l’esprit, permet alors, grâce à la répétition d’exercices de respiration, d’exercices de relaxation dynamique et d’exercices de visualisation, d’aider le patient à reprendre le contrôle de ses émotions, se réapproprier son corps, restaurer une meilleure estime de lui afin de retrouver confiance et sérénité.

Comment se déroule une séance de sophrologie à l’institut Rafaël ?

Outre l’apprentissage et la pratique de ces exercices simples et accessibles à tous, la sophrologie, telle qu’elle est pratiquée à Rafaël, sublime la discipline.

Dès la première séance s’instaure naturellement entre le sophrologue et son patient « l’alliance », un lien invisible et intense, de confiance, d’empathie, pour former un binôme uni dans un objectif commun. Le terme alliance, par sa symbolique d’union, décrit parfaitement la nature de cette relation, humaine avant tout, qui se construit sur la base d’un contrat de partenariat entre le sophrologue et son sophronisé (terme désignant le patient), pour le guider dans l’atteinte de son objectif.

Quel est le rôle du Sophrologue ?

Le sophrologue transmet des outils, un état d’esprit, des valeurs, valorise la pensée positive qui inverse la spirale infernale des idées noires en instaurant une dynamique vertueuse.

En somatisant sur son bien-être, sur des souvenirs agréables, on réactive des sensations positives.

Par un travail sur les 5 sens, on part à la conquête de ses ressources pour les faire réémerger.  On apprend à vivre l’instant présent, seul moment qui est bien réel, le passé étant par définition derrière nous et le futur, une représentation incertaine, souvent anxiogène.

Les séances d’une durée d’une heure, dont le nombre est variable, permettent ainsi au patient de trouver son propre chemin, en toute autonomie.

Le sophrologue est « un passeur », un « agent de voyage bienveillant » qui par son écoute active, sans aucun jugement, favorise et accélère les prises de conscience de ses patients.

Un travail en profondeur sur les ressentis corporels

Les transformations passent par un travail d’initiation à l’écoute des ressentis corporels. Le patient se reconnecte à son corps, un corps parfois meurtris par les traitements, qu’il a laissé de côté, ne le reconnaissant plus. Apprendre à reconnaître les sensations de son corps c’est reconnaître son existence et le considérer comme son allié, se le réapproprier tel qu’il est pour l’aimer ainsi.

Un travail d’équipe pour un résultat optimum

Les sophrologues de l’Institut Rafaël œuvrent, main dans la main avec toute l’équipe soignante, médecins, para- médicaux, nutritionnistes, art-thérapeutes, musico-thérapeutes… Le patient se sent ainsi pris en charge, entouré comme dans un cocon, une famille. Il est écouté et pas seulement entendu, par un personnel compétent et attentionné, il n’est plus seulement une maladie dont on soigne les symptômes, mais un Être humain à part entière, avec ses peurs, ses doutes, ses valeurs, et ses problèmes (dont nombre sont totalement indépendants de sa maladie). Il bénéficie d’un parcours de soins individualisé après cancer, parfaitement adapté à ses besoins avec différents thérapeutes. Le choix et la synergie de ces soins, renforcent et démultiplient les bienfaits constatés et évalués sur les patients.

Une évaluation systématique et normée de l’efficacité des soins

Il n’y a pas d’avancement sans évaluations, c’est pourquoi tous les patients remplissent lors de la première et la dernière séance un questionnaire d’évaluation très détaillé (une cinquantaine de questions) permettant de mettre en évidence le chemin parcouru et les progrès effectués. Les résultats très positifs de ces évaluations depuis l’ouverture de l’Institut démontrent à quel point une prise en charge globale du patient et non de sa maladie, sont essentiels à sa reconstruction en tant qu’individu.

Des résultats avérés

Quelques exemples de retours de patients en fin de parcours de soins :

 «Je me sens beaucoup plus solide et  j’ai à nouveau confiance en moi, j’ai envie d’aller vers les autres »

« J’ai l’impression à chaque fois de gravir une nouvelle marche et de retrouver le goût à la vie »

« Je me sens pleine de force et d’énergie ».

« Je sais maintenant que je peux faire de nouveaux projets »

« je veux m’investir au sein de l’Institut Rafaël afin de rendre un peu de ce qu’on m’a donné et je vais faire la formation de patient-partenaire »

« Ici, tout le personnel est bienveillant on n’a pas l’impression d’être personne »

Karine Elkouby

Sophrologue à l’Institut Rafaël

La Fatigue : un symptôme majeur en cancérologie

La Fatigue : un symptôme majeur en cancérologie

Définition de la fatigue

La grande fatigue ou asthénie, de –sthénie (force, vigueur) et du privatif a-, est un affaiblissement de l’organisme, on parle souvent de fatigue physique. Par extension, elle peut concerner également l’état psychique, la libido et l’intellect.

Nombre de patients se plaignent de fatigue, la rapportent à leur traitement autant qu’à leur maladie. Si classiquement l’expression de la fatigue est assortie à une demande de prescription de vitamines, les dimensions de l’analyse et de l’action sur la fatigue sont multiples.

La fatigue peut être ressentie après des efforts prolongés ou résulter de nombreuses maladies en cancérologie comme en l’absence de cancer. On différencie la fatigue normale (physiologique) de la fatigue chronique.

La fatigue pathologique ou anormale est une fatigue qui survient plus rapidement et persiste de façon chronique. Elle peut être liée à des facteurs psychiques (80 % des cas, liés à des états dépressifs, troubles anxieux, stress ou autre…) ou encore physiques (la maladie organique).

Causes et étiologies des grandes fatigues

asthénie, symptôme cancerParmi les asthénies organiques on distingue les causes : infections, cancers, troubles cardio-vasculaires, métaboliques, désordres hormonaux, maladies auto-immunes, affections neurologiques, problèmes digestives et iatrogènes (cause médicamenteuse). Les asthénies dites « fonctionnelles » sont essentiellement dominées par le syndrome dépressif et les troubles psychotiques. Il est important de préciser les caractéristiques de la fatigue (moment de survenue, permanente ou transitoire, circonstances déclenchantes) et les signes associés (perte d’appétit, amaigrissement, fièvre…). Les examens complémentaires seront guidés par l’examen clinique et l’interrogatoire qui doit être minutieux et prendre du temps.

Il existe dans tous les cas de fatigue durable une intrication des facteurs physiques et psychiques : toute fatigue physique prolongée retentit souvent sur le psychisme et inversement toute fatigue psychique retentit sur le versant physique. La difficulté pour le médecin est d’apprécier la part respective du versant physique et psychique de l’asthénie.

Prévention de la fatigue : nos conseils

La prévention de la fatigue repose sur une hygiène de vie satisfaisante : repos suffisant (8 heures de sommeil par nuit), équilibre nutritionnel, santé émotionnelle, relations sociales et éventuellement vie de couple équilibrée…

Pour lutter contre la fatigue : ralentir le rythme au quotidien, se détendre, pratiquer une activité sportive douce comme la marche ou la natation, faire des pauses au travail, avoir une alimentation équilibrée, avoir des horaires réguliers au moment du coucher et du lever, favoriser une activité relaxante au moment du coucher comme la lecture, en fin de journée éviter l’alcool, les repas copieux, les excitants, le tabac et la caféine.

Bon à savoir, faire une sieste de 5 à 20 minutes après le déjeuner permet de rééquilibrer le fonctionnement du système nerveux, de se détendre, de compenser le manque de sommeil nocturne, d’améliorer la mémoire, de booster la créativité et de favoriser une bonne digestion. 

 

Article rédigé par le Dr Daniel Toledano

INSCRIPTION GRATUITE
Conférence
Les bienfaits d’une cure thermale en post-oncologie

INSCRIPTION GRATUITE

Conférence

Les bienfaits d’une cure thermale en post-oncologie

jeudi 21 Novembre2019

18h30 à 20h30 - Institut Rafaël

You have Successfully Subscribed!