LE MOT DU PRÉSIDENT

S’OCCUPER ENFIN DU PATIENT

La cancérologie moderne est de plus en plus performante, mais nous avons constaté qu’elle laissait souvent l’impression de s’occuper plus de la maladie que du malade. Pourtant, c’est justement à ce moment que le patient a le plus besoin qu’on s’occupe de lui, qu’on l’aide à se reconstruire.

Or, aujourd’hui dans la majorité des cas, grâce à la cancérologie actuelle, le cancer est un accident de vie et les progrès de la médecine vont se poursuivre.

Pourtant, notre société et le patient lui-même restent figés sur l’image du malade en sursis.

Mon expérience depuis 20 ans auprès de milliers de patients partagées avec celles de mes collègues m’a montré que dès le diagnostic, le traumatisme est tel qu’il faut déjà débuter la phase de reconstruction de soi. Après les traitements, la phase d’après cancer nécessite une forte résilience, une capacité à rebondir.

Je revois de plus en plus d’anciens patients ayant été fragilisés transitoirement par un cancer, se révéler avec des forces nouvelles, une vision différente de la vie comme de leurs relations.

Dr Alain Toledano
Président