Nous nous sommes interrogés sur l’amour, à l’approche de la Saint-Valentin, dans le cercle de réflexion émotionnelle de l’Institut Rafaël.

L’amour désigne un sentiment intense d’affection et d’attachement, envers un être vivant ou une chose, qui pousse ceux qui le ressentent à rechercher une proximité physique, intellectuelle ou même imaginaire avec l’objet de cet amour.

L’amour comprend un large éventail de sentiments différents, allant de la passion amoureuse et de l’amour romantique, à la dévotion spirituelle et l’amour religieux. L’amour, sous ses diverses formes, agit comme un pilier dans les rapports sociaux, et occupe une place centrale dans la psychologie humaine.

Force de vie prisée par la littérature et l’art, l’amour est aussi un comportement. Si donner nous conduit à aimer, on peut aimer d’un amour physique, charitable ou spirituel.

Brève épilepsie pour Paul Valéry, coupable lorsqu’il est excessif pour Kundera, l’amour est la flamme des plus grands auteurs. Enfant de l’amour propre et frère jumeau de la jalousie, l’amour s’apparente aussi souvent au désespoir résigné. Amitié avec des ailes, aimant l’infini et rejetant la prudence, on fait moins l’amour qu’il nous fait.

Son plaisir ne dure qu’un instant, quand son chagrin comme son désir peuvent être éternels.

Pour certains, il n’y a pas d’amour mais il n’y a que des preuves d’amour ; quand pour d’autres, si « l’amour insatisfait rend odieux, l’amour satisfait rend idiot » (Colette).

A l’instar d’une pensée ancienne marquée par le mythe, la pensée grecque singularisa une approche philosophique logique, prémisse de notre civilisation. Le mot « amour » employé en français, a huit équivalents utiles en grecque, rendant sa définition universelle impossible. Sujet d’ébats autant que de débats, on définit souvent l’amour par ce qu’il n’est pas, parce qu’il est. Sentiment positif, opposé à la haine et à l’indifférence, l’amour est contraire à la neutralité comme à l’apathie. Plus souvent connoté spirituel que physique, l’amour est souvent opposé au sexe comme au désir sexuel. Il se distingue aussi souvent de l’amitié qu’il ne s’en confond, le grecque ancien nous viendrait il au secours pour le définir ?

 

Les ingrédients de l’amour grec

Agapé signifie amour désintéressé, divin, ou universel. Il est utilisé par les chrétiens pour exprimer l’amour inconditionnel divin pour ses enfants.
Eros signifie l’amour érotique, le plaisir corporel. Platon fait valoir que l’éros aide l’âme à se remémorer la connaissance de la beauté et contribue à la vérité spirituelle; d’où l’amour platonique « sans attraction physique ». Les amoureux et les philosophes sont tous inspirés à rechercher la vérité par le biais d’éros.
Ludus signifie « jeu », ou amour ludique. L’envie de vouloir ou envie de s’amuser les uns avec les autres. L’acquisition d’amour en soi peut faire partie du jeu. L’affection entre jeunes amants, le flirt, font partie intégrante de cette forme d’amour prenant le sens du plaisir du jeu.
Mania signifie le « trouble mental » ou l’amour obsessionnel. Il s’apparente à un désir de garder le partenaire en haute estime et de vouloir aimer et être aimé de cette façon.
Philautia signifie l’amour de soi, l’amour-propre, le respect de son propre bonheur ou avantage. Cet amour a un aspect positif « l’auto-compassion », et un négatif, l’amour obsédé de soi
Philia signifie l’amour affectueux, l’amitié, l’amour bienveillant. La philia est un amour vertueux (Aristote) et s’exprime différemment comme la loyauté envers les amis, la famille et la communauté ; elle requiert l’égalité et la familiarité.
Pragma signifie « réalité », l’amour éternel, durable. C’est une forme d’amour mûrie. On le voit souvent chez les conjoints mariés depuis des décennies, chose rare et désirée.
Storgê signifie l’amour familial, l’amour maternel. C’est l’empathie commune ou naturelle, également utilisé pour faire référence à l’amour pour son pays ou à une équipe sportive préférée.
Xénia signifie amitié pour l’invité(e). C’est le concept grec antique de l’hospitalité, la générosité et la courtoisie montrées à ceux qui sont loin de chez eux.

L’origine de la Saint-Valentin

L’origine de la Saint-Valentin aussi mystérieuse que l’amour. C’est au moyen âge que sont apparus les premiers mots d’amour ; une tradition raconte que les oiseaux s’accouplaient à la mi-février, à la fin de l’hiver, quand les premières fleurs apparaissaient avec les premiers gazouillis des oiseaux.

Mais c’est surtout au XVIIe siècle que Valentine devint populaire, quand William Shakespeare fait chanter Orphelia dans Hamlet :

Bonjour ! c’est la Saint-Valentin /Tous sont levés de grand matin/ Me voici, vierge, à votre fenêtre,/ Pour être votre Valentine./ Alors, il se leva et mit ses habits,/ Et ouvrit la porte de sa chambre ;/ Et vierge elle y entra,/ et puis jamais vierge elle n’en sortit.

Valentin, est donc ce prénom d’origine latine, qui signifie : fort, robuste, et vigoureux. « Be my Valentine » : sois mon amoureux…

Docteur Alain Toledano, Cancérologue, Président de l’Institut Rafaël et Directeur médical du centre de cancérologie Hartmann