Le dépistage du Cancer de la peau : un enjeu majeur chez les sujets à haut risque
5 (100%) 1 vote

Épidémiologie du cancer de la peau (cancer cutané)

Les cancers cutanés sont des atteintes fréquentes de l’adulte, leur nombre a plus que triplé entre 1980 et 2012 (1). Les principaux facteurs de risques étant l’âge et l’exposition aux UV chroniques ou intermittentes, leur incidence augmente régulièrement du fait de l’allongement de la durée de vie et des habitudes comportementales (en particulier l’exposition solaire répétée).

  • Les carcinomes basocellulaires sont les plus fréquents (70%), ce sont des atteintes d’évolution lente essentiellement locales. La plupart surviennent après l’âge de 50 ans sur des zones de photo-exposition intermittentes aigües.
  • Les carcinomes spinocellulaires ou épidermoïdes (20%) sont des tumeurs plus agressives avec un potentiel métastatique et dans ce contexte c’est surtout l’exposition solaire cumulative qui est retenue comme principal facteur de risque.

Parmi les cancers cutanés, il faut distinguer les carcinomes cutanés (90%) des mélanomes (10%).

Le Mélanome cutané

Moins fréquent (10%), il a un haut potentiel métastatique. C’est le cancer qui a la plus forte augmentation d’incidence. En 2017, il représente 4% des cancers incidents en France. Des études de cohortes réalisées dans plusieurs pays indiquent que cette augmentation de l’incidence se poursuivra au moins au cours des deux prochaines décennies. Ils peuvent apparaître sur une peau saine (la grande majorité des cas) ou résulter de la transformation maligne d’un nævus (appelé communément « grain de beauté »).

On estime qu’environ 7-10 % des mélanomes correspondraient à des formes familiales. Dans ce contexte, les individus d’une même famille sont à risques plus élevé de développer un mélanome et il apparaît indispensable à ce que les familles « à risque » puissent bénéficier de programme personnalisé de suivi. En effet, le dépistage d’un mélanome à un stade précoce conditionne son pronostic.

Source :  https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Depistage-et-detection-precoce/Detection-precoce-des-cancers-de-la-peau/Epidemiologie#toc-l-essentiel-sur-les-carcinomes

Certaines formes familiales sont liées à une mutation sur un gène de prédisposition connu et le diagnostic génétique chez les apparentés permet, dans 50% des cas, de délivrer la bonne nouvelle d’absence de la mutation familiale.

Le phototype cutané

C’est un facteur de susceptibilité individuelle, déterminé sur une échelle de 1 à 6, il dépend de la couleur de la peau, de la couleur des yeux et cheveux, de la capacité à bronzer et de la réaction au soleil. Ainsi, les peaux les plus claires (I et II), prenant volontiers des coups de soleil, sont plus à risque que les peaux de phototype foncé (V et VI), bronzant rapidement.

Modalités de prévention du cancer de la peau

L’examen clinique dermatologique annuel est recommandé chez les individus à phototype claire avec ou sans nævus. La présence de multiples nævus doit inciter à consulter de manière régulière, surtout en cas d’asymétrie, de bords irréguliers, de couleur hétérogènes, de diamètre > 6mm et évolutivité d’une lésion pigmentée.

Chez les individus à haut risque, selon les recommandations de la Société Française de Dermatologie, une surveillance dermatologique semestrielle à vie est préconisée. Peuvent s’ajouter à cette surveillance, l’examen de vidéo-dermoscopie numérique et la photographie corporelle totale. Une étude rétrospective récente, menée par l’équipe d’onco-dermatologie de l’hôpital Saint-Louis chez les sujets à haut risque, montre l’intérêt du suivi digital des mélanomes (2). La photo-protection et l’auto-surveillance sont également primordiales dans la prévention primaire du mélanome chez les individus indemnes, mais à risque.

Sources :

  1. https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Depistage-et-detection-precoce/Detection-precoce-des-cancers-de-la-peau/Epidemiologie#toc-l-essentiel-sur-les-carcinomes
  2. Gasparini G, Madjlessi N, Delyon J et al. Usefulness of the « two-step method » of digital follow-up for early-stage melanoma detection in high-risk French patients: a retrospective 4-year study. Br J Dermatol 2019.