Le microbiote intestinal représente l’ensemble des micro-organismes qui peuplent votre intestin. L’équilibre entre levures, champignons, bactéries et autres micro-organismes y est fondamental pour votre santé (1). Le microbiote évolue en fonction de l’âge et sa constitution débute dès la naissance. Le système digestif du nouveau-né est rapidement colonisé par un microbiote « simple » provenant des bactéries vaginales et fécales de sa mère. L’allaitement apportera des bactéries favorables, telle que les bifidobactéries, mais la stabilisation du microbiote intestinal prendra environ trois ans et dépendra de nombreux facteurs.

Aujourd’hui, on estime que des centaines d’espèces de bactéries composent le microbiote intestinal, partagé entre des espèces dominantes, des espèces plus rares et des espèces transitoires circulant le long du tube digestif. Le côlon, à savoir le gros intestin, porterait jusqu’à dix mille milliards de bactéries, soit autant que le nombre de cellules de votre corps. Le côlon fait donc partie des écosystèmes microbiens les plus densément peuplés de la planète !

C’est au grand âge que les variations sont les plus marquées. Le microbiote est alors appauvri par les changements physiologiques, comme une diminution de l’immunité, une alimentation moins variée, la prise de nombreux médicaments y compris des antibiotiques et surtout le mode de vie, parfois moins indépendant. Les personnes âgées résidant en maison de retraite ont ainsi un appauvrissement de leur microbiote plus marqué que les personnes âgées qui restent à domicile et gardent leur régime alimentaire habituel. Cette modification profonde de l’équilibre du microbiote peut alors conduire à des pathologies, comme des inflammations de l’intestin et une plus grande sensibilité aux infections.

Différentes fonctions du microbiote intestinal

Le microbiote peut être considéré comme un organe fonctionnel du corps humain. Il est en étroite interaction avec votre intestin et joue différents rôles majeurs. Un microbiote sain met en place un véritable partenariat, une symbiose, avec votre intestin et assure des fonctions aussi bien locales que systémiques, c’est -à-dire à l’échelle de tout votre corps. On distingue :

  • Un rôle de barrière contre les microbes, toxines… et de production de mucus protecteur des cellules de l’intestin.
  • Un rôle de défense par le développement du système immunitaire intestinal.
  • Un rôle de maintenance : maturation du tube digestif, entretien de la muqueuse intestinale…
  • Un rôle métabolique en favorisant la digestion et en participant à la synthèse de métabolite.

Des chercheurs chinois sont revenus sur le rôle essentiel du microbiote intestinal dans la modulation locale et systémique du système immunitaire de l’hôte (2). L’immunothérapie fait partie des nouvelles stratégies thérapeutiques prometteuses en oncologie. Toutefois, on observe certains patients développer une résistance à ces molécules. Il serait donc essentiel de pouvoir cibler les patients répondant le mieux à ces traitements et/ou de favoriser la réponse à ces traitements. Or, plusieurs études récentes ont suggéré que le microbiote intestinal pouvait impacter l’efficacité de ces traitements.

Un déséquilibre du microbiote favoriserait le cancer

En cas de dysbiose, le microbiote peut fournir des métabolites toxiques ou cancérogènes voir jouer un rôle direct de promoteur via l’induction d’une inflammation chronique ou d’une immunosuppression.

Un microbiote déséquilibré impacterait l’efficacité des immunothérapies

Des études rétrospectives de cohorte ont montré le rôle néfaste de l’utilisation d’antibiotiques chez des sujets souffrant de cancer du poumon, du rein ou de la vessie et traités par anticorps monoclonaux ciblant le PD1. L’une d’entre elle a été présentée à l’European Lung Cancer Congress à Genève en avril 2019. La survie globale et la survie sans progression du cancer seraient d’ailleurs significativement augmentées chez les patients traités par anti-PD-1 ne recevant pas d’antibiotiques en routine. Cette constatation laisse supposer que la destruction du microbiote intestinal impacterait l’immunité anti-tumorale et la réponse à l’inhibition des check points immunitaires.

Un microbiote équilibré lutte contre le cancer

bacteries cancerLes bactéries intestinales pourraient contribuer à lutter contre le développement de cancer… à distance des intestins. Une relation dose-dépendante a été mise en évidence entre l’utilisation d’antibiotiques et le risque de cancer.  Si l’abondance de certaines espèces a été mise en évidence chez les bons répondeurs aux anti-PD1, il faut savoir qu’une plus faible diversité et une moindre abondance en micro-organismes intestinaux ont également été soulignées chez les patients non-répondeurs.

Ainsi, le recours à des prébiotiques via l’alimentation ou des supplémentations sont des solutions pour maintenir un microbiote bénéfique à l’immunité anti-tumorale. L’ajout de symbiotiques favoriserait également l’essor des bactéries bénéfiques pour l’immunité.

Si certaines études cliniques montrent un lien entre microbiote intestinal et cancer, les mécanismes de régulation en jeu restent à éclaircir.

  1. https://www.biocodexmicrobiotainstitute.com
  2. Li W, Deng Y, Chu Q et al. Gut microbiome and cancer immunotherapy. Cancer Letters 2019 April; 447:41-47

 

Article rédigé par le Dr Daniel Toledano

INSCRIPTION GRATUITE
Conférence
Les bienfaits d’une cure thermale en post-oncologie

INSCRIPTION GRATUITE

Conférence

Les bienfaits d’une cure thermale en post-oncologie

jeudi 21 Novembre2019

18h30 à 20h30 - Institut Rafaël

You have Successfully Subscribed!