En cette période de COVID-19, nombreuses sont les personnes qui vivent depuis plusieurs semaines le fait d’être seules chez elles ou avec leurs proches, comme une privation de liberté. C’est qu’en réalité, le confinement expose à la difficulté d’être en relation permanente avec les autres et/ou avec soi-même, car rester chez soi implique aussi rester avec soi.

La façon d’aborder et de supporter ce chamboulement dépend bien sûr de la situation. L’individu ne vivra pas forcément le confinement de la même façon selon le contexte : s’il est en pleine santé, s’il partage son espace de vie avec une famille aimante, s’il n’a pas peur pour son travail, s’il est heureux de nature…

Comment ceux qui sont ou ont été exposés à la maladie et au cancer en particulier, vivent-ils cette période inédite qui les prive d’un temps précieux de liberté ?

Comment se réjouir et célébrer quand on apprend sa rémission en pleine réclusion ?  Comment vit-on sa première chimio le mardi 17 mars, 1er jour du confinement, quand personne ne peut vous accompagner pour vous soutenir ?

Comment cohabiter avec le cancer quand on vit seul chez soi sans ses soutiens habituels ?

Comment gérer la peur d’être contaminé par le COVID-19, alors qu’on a un système immunitaire fragilisé ?

En tant que Sophrologue à l’Institut Rafaël, c’est à ces quelques-unes de ces réalités que sont exposés nos patients pendant le confinement. Pour eux,  ce temps inédit peut être encore plus dur à vivre. C’est une charge supplémentaire. Plus qu’une privation de liberté, il peut être vécu comme une nouvelle punition.

Pendant cette période, les patients que je continue d’accompagner à distance, ne remettent nullement en cause le bien-fondé de cette mesure, mais expriment que ces moments incertains viennent rajouter des contraintes dans le parcours de leur maladie.

Pour eux, le confinement est perçu comme un stress de plus ! Et même si le stress est une réaction naturelle et compréhensible, il se transforme en réelle problématique. L’agitation mentale prend le dessus, générant un cortège de troubles qui risquent d’avoir des effets néfastes sur l’organisme.

Ainsi, les séances de Sophrologie à distance prennent tout leur sens pendant ces moments troublés.

En effet, elles apportent à nos patients isolés, confinés un temps précieux de recentrage qui les aide à mettre à distance l’agitation du monde extérieur. Ceux qui n’ont pas eu la possibilité de s’évader en province sont les plus demandeurs.  La Sophrologie les invite à plonger en eux pour y découvrir des clés naturelles de stabilisation. Elle offre un voyage intérieur vers un meilleur équilibre global entre leurs trois dimensions : le mental, l’émotionnel et le physique mis à rude épreuve par le confinement.  On sait que l’être humain accède à un état  de plus grand calme, de détente et de confiance quand ces trois dimensions sont en harmonie.

En cette période, certains patients attendent avec encore plus d’impatience nos rendez-vous. Certains souhaitent juste échanger, être écoutés, rassurés. D’autres sont en demande de pratique. Grâce aux différents exercices (respiration, mobilisation corporelle, visualisation positive et travail sensoriel) qu’ils s’approprient au fur et à mesure des séances les patients amortissent leurs inconforts pour conquérir un espace intérieur plus paisible.

Même pendant les séances à distance, ils prennent conscience des facultés d’adaptation de leur physiologie face aux agressions externes ou internes. Ils continuent d’expérimenter qu’ils peuvent agir pour leur mieux être. En effet,  ils sont surpris de se sentir beaucoup plus apaisés alors que nous sommes physiquement éloignés, chacun chez soi. La Sophrologie à distance leur fait prendre conscience que cet état amélioré, ils ne le doivent qu’à eux-mêmes !

Alors quand ils me remercient, je les invite à se remercier eux-mêmes ou à remercier leurs ressources physiologiques !  Ces ressources qu’ils mobilisent pendant nos séances. Ces ressources qui sont disponibles en permanence et qui ne demandent qu’à être entretenues, comme un des biens les plus précieux leur appartenant.

« c’est incroyable de me sentir tellement mieux alors que je ne suis pas avec vous !»

Ainsi, les échanges de fin de séance sur le vécu sophrologique sont tout aussi riches et positifs qu’en présentiel. Je vois leurs sourires, leurs yeux qui brillent pour ceux que j’accompagne par vidéo. J’entends leur incrédulité pour ceux que j’ai par téléphone « c’est incroyable de me sentir tellement mieux alors que je ne suis pas avec vous !». Malgré l’éloignement, j’assiste à leur plaisir quand ils  comprennent  qu’avec la Sophrologie ils peuvent devenir acteurs de leur équilibre au quotidien ! C’est une des raisons qui rend, pour moi praticienne, ces séances de confinement magiques. La distance peut aussi devenir dans certains cas un révélateur de nos capacités personnelles.

Pour ancrer ce bien-être sur le long terme, nos patients sont toujours invités à pratiquer leurs exercices entre chaque rendez-vous. Ainsi, je leur explique que l’on peut envisager le confinement comme un temps de « concentration intérieure inespérée » qui peut faciliter l’intégration de leur pratique au quotidien. L’idée de programmer un rendez vous avec soi-même, pour renforcer leur bien-être et pour améliorer leur hygiène de vie, est facilitée quand ils sont moins sollicités. En effet, ceux qui couraient après le temps avant le confinement sont dorénavant plus réguliers dans la pratique sophrologique. Je les félicite et les encourage à maintenir cet entrainement pour qu’il devienne « un réflexe » qui entretiendra durablement « leur joie biologique intérieure ». La répétition est une des clefs de cette discipline. C’est une des meilleures protections pour eux et pour leur système immunitaire.

Toute une équipe pluridisciplinaire continue, malgré le confinement, à accompagner les patients à distance et ouvre ainsi grandes vers l’extérieur les portes de l’Institut Rafael pour continuer à rester auprès d’eux.

Ainsi, pendant le confinement, rester chez soi avec soi peut aussi devenir, pour nos patients, un temps pour se faire plaisir et trouver à l’intérieur d’eux-mêmes, ressources, forme et liberté !

Par Hélène Breton
Sophrologue à l’Institut Rafaël

logo IR

Chères patientes, chers patients
Le déconfinement progressif se met en place.
Pour garantir une reprise des parcours d'accompagnement dans les meilleures conditions, le protocole d'accueil complet et détaillé, (lien ci-dessous), est dès à présent à votre disposition à l’entrée de l’Institut.
Afin de préserver la sécurité de chacun , nous serons très attentifs au respect de ces mesures sanitaires indispensables pour la poursuite sereine de notre action.
Dans cette période inédite, sans précédent, nous n’oublions pas que le cancer reste le combat qui nous anime, Toutes nos équipes sont à votre écoute au : 01 79 36 08 48