L’alimentation équilibrée, ça semble tellement compliqué

L’alimentation équilibrée, ça semble tellement compliqué

La NUTRITION dans son ensemble concerne bien évidemment l’alimentation avec ses nutriments et micronutriments, la consommation d’alcool, le surpoids et l’activité physique. Mis bout à bout, ces facteurs de risque de cancer représentent près de 20%.

La NUTRITION a sa place en prévention des cancers, pendant les phases de traitement et dans l’après cancer.

Les recommandations de l’Après Cancer rejoignent les recommandations de prévention.

Si vous êtes dans le temps de votre vie de L’Après Cancer, vous avez vécu l’expérience correctrice de vie du Cancer et serez peut-être plus sensible pour modifier tous ces facteurs de risque sur lesquels vous pouvez agir.

A l’Institut Rafaël, à l’issu de chaque atelier Nutrition et de certaines consultations d’oncologie, nous vous remettons un livret qui regroupe des recommandations consensuelles à adopter pour tous malades ou non, en traitement ou après le cancer. Des aménagements seront proposés en fonction de chaque individu. C’est aussi ça la médecine intégrative.

  1. fruit legumeAugmenter sa consommation de FRUITS et LÉGUMES

Consommer des fruits et légumes pour atteindre au minimum 400g soit vos 2 mains pleines chaque jour.

 

  1. céréales légumineuse​Augmenter sa consommation de CÉRÉALES COMPLÈTES et de LÉGUMINEUSES

Choisir des pâtes, du riz, du pain complets plutôt que des produits raffinés qui n’apportent pas de fibres.

Les légumineuses (lentilles, pois chiche, haricots) apportent des fibres et des protéines.

 

  1. viande rougeRéduire sa consommation de VIANDE ROUGE et CHARCUTERIE

Réduire sa consommation à moins de 500 g par semaine.

 

poissonPour compléter les apports en protéines, il est conseillé d’alterner avec des viandes blanches, du poisson, des œufs et des légumineuses.

En cas de consommation de charcuterie, il est conseillé de réduire autant que possible la taille des portions et la fréquence de consommation.

 

  1. selLimiter la consommation de SEL

En réduisant la consommation d’aliments transformés salés (produits industriels, fromages, charcuteries…).

En réduisant l’ajout de sel pendant la cuisson et dans l’assiette.

 

  1. brocoliPAS UN JOUR SANS UN…
  • Fruit
  • Choux (brocoli, rouge, frisé…)
  • Condiment (ail, oignon, câpres …)
  • Épices (curcuma, poivre, mélange d’épices…)
  • Boisson santé (thé vert, café, jus d’herbes, smoothie)
  • Noix et graines (lin, sésame, noisettes, amandes)

 

  1. omega 3Augmenter sa consommation d’OMEGA 3
  • Huile de colza vierge
  • Poissons gras (sardines, harengs, maquereaux, saumon)
  • Œufs oméga 3

 

  1. diversitéFavoriser la variété et la diversité dans l’assiette

Mettez au moins 3 couleurs dans votre assiette (chaque couleur apporte des vitamines différentes).

 

  1. eauBoire de l’EAU

S’approcher des 2 litres par jour.

 

  1. alcoolDiminuer la consommation d’ALCOOL

 

 

  1. fumerNE PAS FUMER

 

 

  1. poids de santéMaintenir son POIDS DE SANTÉ

Le poids de santé est à déterminer avec le médecin et nécessite une impédancemétrie multifréquence

 

  1. activité physiquePratiquer une ACTIVITÉ PHYSIQUE

Idéalement, il faudrait pratiquer une activité physique au moins 5 jours par semaine pendant au moins 30 minutes.

C’est la régularité qui est les plus important.

 

  1. polluantsÉviter l’excès de POLLUANTS et de perturbateurs endocriniens
  • Éviter les hautes températures de cuisson
  • Éviter les conserves en boîte
  • Préférer les récipients en verre
  • Éviter les récipients en plastique au micro-onde
  • Préférer les filières Bio

 

  1. rythme sommeilRespecter ses RYTHMES DE SOMMEIL

Allonger son temps de sommeil et améliorer sa qualité.

 

  1. etiquettesApprendre à lire les étiquettes

Choisir le meilleur entre 2 produits.

Pas de panique, il ne s’agit pas de tout bien faire du jour au lendemain. Il s’agit de s’améliorer, d’adapter son quotidien en faisant un peu mieux chaque jour, chaque semaine, chaque mois selon votre temporalité. Chaque pas va prendre sa place dans vos nouvelles bonnes habitudes.

N’oubliez pas de vous faire plaisir !

 

Delphine Lichte-Choukroun. Dr en Pharmacie & Nutritionniste

L’alimentation pour préparer au mieux le temps de l’Après cancer

L’alimentation pour préparer au mieux le temps de l’Après cancer

Nutrition et cancer ? L’alimentation fait partie intégrante de la prise en charge en cancérologie. En effet 1 cancer sur 9 est attribuable à un facteur nutritionnel (Santé publique France/BEH vol 21/2018).

Dans micronutrition il y a Nutrition.

alimentation infographieEn premier lieu il est nécessaire d’adopter une alimentation-santé pour tous, malades ou non. Grâce à une assiette optimisée, on peut renforcer le système immunitaire, diminuer les inflammations chroniques, augmenter sa masse musculaire, améliorer certains troubles tels que la fatigue, les troubles du sommeil, les compulsions…

L’alimentation-santé consiste à adopter un modèle alimentaire équilibré ce qui est le plus difficile à mettre en place au quotidien.

Les traitements peuvent avoir des effets secondaires sur les intestins, le poids, le sommeil… Nous proposerons alors des régimes temporaires aux patients le temps d’améliorer leur confort.

La NUTRITION a toute sa place dans la prévention des cancers car 5,4% des cancers sont liés à une alimentation déséquilibrée, 8% liés à l’alcool et 6,8% sont en rapport avec le surpoids chez les femmes (5,4% hommes et femmes confondus) (source : Inca).

Nous évoquons ici la prévention et le temps des traitements.

L’alimentation doit se penser dès l’annonce de la maladie pour préparer l’après cancer.

On fait appel à la MICRONUTRITION quand la nutrition / alimentation-sante ne suffit plus (Stress de la maladie, impact des traitements…). Grâce à LA MICRONUTRITION nous allons rééquilibrer les déficits et les excès, nous passons alors à une médecine personnalisée, individualisée et complémentaire à la médecine conventionnelle.

Nous pouvons représenter l’organisme comme un système composé de nombreux engrenages. Chacun dépendant du précédant et du suivant.
Chaque engrenage doit être lubrifié et équilibré́. Ce lubrifiant c’est les vitamines, minéraux, oligo-éléments, les acides gras, les neuro- transmetteurs, les hormones…

La micronutrition individualisée permet de prévenir certains troubles et dysfonctionnements et de corriger des déséquilibres dus au mode de vie ou à des effets secondaires des traitements, elle permet également d’améliorer l’action de certains traitements.

Après une enquête à 360° de la personne et pas seulement de l’endroit des symptômes, on définit les déséquilibres de tous les acteurs nutritionnels et micronutritionnels. Les engrenages ou les 300 réactions enzymatiques indispensables au bon fonctionnement du corps /système pourront se réenclencher.

La maladie, les bouleversements physiques et émotionnels font souvent prendre conscience de la place de l’alimentation dans la bonne santé. Le chemin vers une alimentation équilibrée, une maîtrise de la consommation d’alcool, vers plus d’activité physique et un rééquilibrage fonctionnel préparera au mieux vos projets de vie de l’Après cancer.

La Nutrition et la micronutrition sont des facteurs de risques modifiables donc sur lesquels il est possible d’agir. Ne nous en privons pas !

L’Institut Rafaël, maison de l’après cancer, avec son Pôle Nutrition saura vous guider pas à pas selon votre rythme, vos contraintes, vos envies vers ce chemin et définira avec vous votre définition de l’alimentation équilibrée.

Ainsi, en alliant ALIMENTATION, MICRONUTRITION et certains outils comme la phytothérapie, l’aromathérapie, l’homéopathie, la cohérence cardiaque nous pourrons prévenir ou accompagner les personnes souffrant de troubles intestinaux, compulsions, troubles du sommeil, de surpoids ou de perte de poids, stress. Nous pourrons également accompagner l’arrêt du tabac, les personnes diabétiques et les personnes qui veulent optimiser leur santé.

Delphine Lichte-Choukroun. Dr en Pharmacie & Nutritionniste

Crédit photo

 

Vidéo Témoignages patients – Vignette groupe de parole

Vidéo Témoignages patients – Vignette groupe de parole

Définir, re-définir un projet de vie après le tsunami qu’est le cancer, tel est l’objectif du groupe de parole au sein de l’Institut Rafaël.

Un groupe de parole d’un genre un peu particulier où l’on ne parle pas du cancer mais au contraire de vie et de sens.

Il s’agit d’aider les patient (es)à lever les freins, parfois invisibles, qui empêchent d’avancer.

A rétablir des liens pour changer, ré-agencer sa vie et s’ouvrir à de nouveaux horizons.

Isabelle DELATTRE Logothérapeute,  Responsable du Groupe de Parole 

La sophrologie, maillon fort des thérapies après-cancer

La sophrologie, maillon fort des thérapies après-cancer

Qu’est-ce que la Sophrologie ?

 « L’HOMME DOIT HARMONISER LE CORPS ET L’ESPRIT » affirmait Hippocrate.

 Alfonso Caycedo, neuropsychiatre Colombien, porté par cette même conviction, a inventé le terme Sophrologie que l’on peut traduire par l’étude de la conscience harmonieuse et de l’équilibre entre le corps et l’esprit ou, plus simplement « Bien dans sa tête, bien dans ses baskets ».

Pas facile, a priori, lorsque l’annonce du cancer résonne comme une bombe. Le corps est anéanti, la tête, ébranlée.

La Sophrologie qui associe un travail du corps et de l’esprit, permet alors, grâce à la répétition d’exercices de respiration, d’exercices de relaxation dynamique et d’exercices de visualisation, d’aider le patient à reprendre le contrôle de ses émotions, se réapproprier son corps, restaurer une meilleure estime de lui afin de retrouver confiance et sérénité.

Comment se déroule une séance de sophrologie à l’institut Rafaël ?

Outre l’apprentissage et la pratique de ces exercices simples et accessibles à tous, la sophrologie, telle qu’elle est pratiquée à Rafaël, sublime la discipline.

Dès la première séance s’instaure naturellement entre le sophrologue et son patient « l’alliance », un lien invisible et intense, de confiance, d’empathie, pour former un binôme uni dans un objectif commun. Le terme alliance, par sa symbolique d’union, décrit parfaitement la nature de cette relation, humaine avant tout, qui se construit sur la base d’un contrat de partenariat entre le sophrologue et son sophronisé (terme désignant le patient), pour le guider dans l’atteinte de son objectif.

Quel est le rôle du Sophrologue ?

Le sophrologue transmet des outils, un état d’esprit, des valeurs, valorise la pensée positive qui inverse la spirale infernale des idées noires en instaurant une dynamique vertueuse.

En somatisant sur son bien-être, sur des souvenirs agréables, on réactive des sensations positives.

Par un travail sur les 5 sens, on part à la conquête de ses ressources pour les faire réémerger.  On apprend à vivre l’instant présent, seul moment qui est bien réel, le passé étant par définition derrière nous et le futur, une représentation incertaine, souvent anxiogène.

Les séances d’une durée d’une heure, dont le nombre est variable, permettent ainsi au patient de trouver son propre chemin, en toute autonomie.

Le sophrologue est « un passeur », un « agent de voyage bienveillant » qui par son écoute active, sans aucun jugement, favorise et accélère les prises de conscience de ses patients.

Un travail en profondeur sur les ressentis corporels

Les transformations passent par un travail d’initiation à l’écoute des ressentis corporels. Le patient se reconnecte à son corps, un corps parfois meurtris par les traitements, qu’il a laissé de côté, ne le reconnaissant plus. Apprendre à reconnaître les sensations de son corps c’est reconnaître son existence et le considérer comme son allié, se le réapproprier tel qu’il est pour l’aimer ainsi.

Un travail d’équipe pour un résultat optimum

Les sophrologues de l’Institut Rafaël œuvrent, main dans la main avec toute l’équipe soignante, médecins, para- médicaux, nutritionnistes, art-thérapeutes, musico-thérapeutes… Le patient se sent ainsi pris en charge, entouré comme dans un cocon, une famille. Il est écouté et pas seulement entendu, par un personnel compétent et attentionné, il n’est plus seulement une maladie dont on soigne les symptômes, mais un Être humain à part entière, avec ses peurs, ses doutes, ses valeurs, et ses problèmes (dont nombre sont totalement indépendants de sa maladie). Il bénéficie d’un parcours de soins individualisé après cancer, parfaitement adapté à ses besoins avec différents thérapeutes. Le choix et la synergie de ces soins, renforcent et démultiplient les bienfaits constatés et évalués sur les patients.

Une évaluation systématique et normée de l’efficacité des soins

Il n’y a pas d’avancement sans évaluations, c’est pourquoi tous les patients remplissent lors de la première et la dernière séance un questionnaire d’évaluation très détaillé (une cinquantaine de questions) permettant de mettre en évidence le chemin parcouru et les progrès effectués. Les résultats très positifs de ces évaluations depuis l’ouverture de l’Institut démontrent à quel point une prise en charge globale du patient et non de sa maladie, sont essentiels à sa reconstruction en tant qu’individu.

Des résultats avérés

Quelques exemples de retours de patients en fin de parcours de soins :

 «Je me sens beaucoup plus solide et  j’ai à nouveau confiance en moi, j’ai envie d’aller vers les autres »

« J’ai l’impression à chaque fois de gravir une nouvelle marche et de retrouver le goût à la vie »

« Je me sens pleine de force et d’énergie ». 

« Je sais maintenant que je peux faire de nouveaux projets »

« je veux m’investir au sein de l’Institut Rafaël afin de rendre un peu de ce qu’on m’a donné et je vais faire la formation de patient-partenaire »

« Ici, tout le personnel est bienveillant on n’a pas l’impression d’être personne »

Karine Elkouby

Sophrologue à l’Institut Rafaël

La naturopathie : soin de support après le cancer

La naturopathie : soin de support après le cancer

Cécile Pétureau, naturopathe, explique sa mission au sein de l’Institut Rafaël qui consiste à améliorer la qualité de vie des patients aussi bien durant la maladie qu’après la guérison. 

« Douleurs, nausées, troubles digestifs, anxiété et insomnie sont autant de troubles causés par les traitements pour lesquels les patients sont en recherche de solutions.  

En cas de radiothérapie, la préparation de la peau à l’exposition aux rayons est essentielle, afin de limiter les brûlures et lutter contre les douleurs post-radiques. En cas de chimiothérapie, la protection de la muqueuse digestive et le soutien des fonctions d’élimination constituent les principaux axes de travail. Sous hormonothérapie, l’objectif pour les patientes est de retrouver une digestion de qualité, diminuer leurs douleurs articulaires et les bouffées de chaleur notamment, ou encore retrouver leur poids de forme. Tant pendant les traitements qu’au stade de rémission, remédier à la fatigue chronique est l’une des priorités. 

L’efficacité de mes recommandations repose sur la personnalisation, ainsi que la synergie des outils utilisés.

Une rééducation alimentaire permet notamment aux patients de repérer les erreurs d’association ou les déséquilibres éventuels de leur alimentation. Elle leur permet également de trouver les meilleures sources de nutriments, indispensables pour optimiser leur santé et leur vitalité. L’usage des plantes et des huiles essentielles sont des techniques particulièrement utiles, tant à la sphère digestive qu’émotionnelle. La gestion du stress et l’apaisement du système nerveux, mis à rude épreuve à cette période, passent notamment par la cohérence cardiaque, le contact avec la nature, l’usage de l’eau ou les massages. L’activité physique adaptée aux patients participe à une amélioration globale de la qualité de vie et de la tolérance aux traitements. 

Je consacre 1h30 aux patients lors de la 1ère consultation. Ce temps passé me permet de les connaître au maximum pour pouvoir les accompagner de manière optimale. Les résultats ne se font pas attendre !

Ensemble, nous passons en revue leurs habitudes de vie (alimentation, qualité de la digestion, état de stress, rythme de vie et de sommeil, activité physique etc.) pour identifier les causes des dysfonctionnements. L’objectif est de leur faire prendre conscience de ce qui leur convient ou non dans leurs habitudes et de leur apporter les clés pour agir directement sur leurs affections.

En début d’année, j’ai reçu Madame D. diagnostiquée d’un cancer du pancréas il y a deux ans et sujette à d’importants troubles digestifs et du transit, consécutifs à l’ablation d’une partie de son système digestif : elle a rapidement retrouvé une digestion et un transit de qualité et sait désormais parfaitement identifier ce qui est bon pour elle et ce qu’il est moins dans son quotidien. Tout récemment, j’ai reçu Madame G., sous hormonothérapie et sujette à de forts ballonnements et de vives douleurs abdominales depuis le début du traitement deux ans auparavant : quinze jours après la mise en place d’un programme d’hygiène de vie adapté au fonctionnement de son organisme et à son mode de vie, elle m’indique ne déjà plus avoir de gène. La naturopathie n’apporte pas la guérison à elle seule, néanmoins elle aide les patients à remédier aux troubles qui les dérangent au quotidien, et c’est déjà énorme !