Un groupe de paroles diffèrent ou l’on n’est pas tenu de parler de sa maladie

Le groupe de paroles ouvert à l’Institut Rafaël depuis deux ans est un groupe expérimental qui diffère d’un groupe de paroles classique existant dans d’autres centres de lutte contre le cancer. Dans ce groupe, en effet, on ne parle pas maladie : on se concentre bien plutôt sur l’après-cancer et sur la construction d’une trajectoire de vie en phase avec la singularité de chaque patient-participant.
L’objectif du groupe consiste à stimuler les initiatives et les dispositions saines de chaque participant, de manière à ce qu’il puisse mettre graduellement à distance ce qui le préoccupe et le fait souffrir et qu’il lui soit à nouveau possible de faire des projets, de les concrétiser et d’y consacrer du temps et de l’énergie.
Le groupe de paroles est aussi le moyen de mettre ensemble et de faire échanger des personnes qui n’avaient pas de raison de se parler lorsqu’elles étaient bien portantes et qui, face à la maladie, éprouvent le besoin de partager leur questionnement sur le sens de la vie, de l’engagement, du lien. Des interrogations qui saisissent tous les patients confrontés au verdict du cancer et à la brutale révélation de leur fragilité.

La méthode du groupe de paroles

Le groupe de paroles s’appuie sur une méthode éprouvée, utilisée dans les centres anticancéreux nord-américains : la logothérapie, versant thérapeutique de la philosophie du psychiatre Viktor Frankl. Elle se fonde sur les valeurs qui donnent du sens à la vie : les valeurs de créativité, d’expérience et d’attitude.

CREATIVITE S’investir dans le travail, une cause, des activités artistiques, du bénévolat, du travail associatif…
EXPERIENCE Etablir des liens : amour amitié, connexion à la nature, à l’art… relations avec la famille, les amis, les enfants, avec la nature par le jardinage, le soin des animaux, la faculté d’apprécier la beauté d’un paysage…
ATTITUDE Savoir prendre de la distance par rapport à la souffrance, transcender les difficultés, persévérer et garder confiance en dépit de traitements lourds

Au sein du groupe de paroles, chaque patient est invité à trouver sa « formule » de vie, celle qui lui permet de se connecter à ses valeurs et de se sentir authentique : pour les uns, écrire, sculpter… pour les autres, s’investir dans une cause, faire évoluer son travail…

Le groupe de paroles en pratique

Le groupe de paroles est constitué de 8 à 10 patients, volontaires pour participer à un cycle hebdomadaire de 16 à 20 séances de deux heures et demi environ. Chaque séance porte sur une question d’intérêt existentiel : en premier lieu, le contexte de vie, puis le rythme et le mode de vie ; les sources de plaisir. De proche en proche, la réflexion et l’échange investissent d’autres thèmes. Chaque personne est peu à peu amenée à éclairer son histoire. Il s’agit de prendre non seulement du recul, mais aussi de la hauteur, par rapport à certains schémas de pensée ou de comportement répétitifs. La parole partagée permet d’explorer cette dimension, dans un contexte de sérénité et d’exigence. C’est donc à une « relecture de son histoire personnelle » que chaque participant est invité et qu’il y convie spontanément les autres.

Les résultats

Au fur et à mesure des séances des liens se tissent, de nouveaux équilibres personnels se mettent en place. L’échange, la compréhension mutuelle incitent à envisager des changements ressentis comme nécessaires. Le groupe de paroles opère comme une forme très puissante de soutien relationnel et facilite les changements qualitatifs, de nature à valoriser ce qu’il y a de bon pour la personne capable en retour d’affirmer clairement ses choix et de reprendre confiance dans l’avenir.

Références
– Article dans la revue d’Oncopsychologie (à compléter)
– Frankl, V., Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie (Titre original : Un psychiatre déporté témoigne), traduction française C.J. Bacon-L. Drolet, Préface de G. Allport, Présentation de Gabriel Marcel, Paris, J’ai Lu, 2013.