Cyril Benzaquen parrain de l’association Sport Pour Vaincre le Cancer

Cyril Benzaquen parrain de l’association Sport Pour Vaincre le Cancer

Championnat du monde de Kickboxing – Cyril Benzaquen

kickboxing cyril benzaquen

En partenariat avec l’association Sport Pour Vaincre le Cancer (SPVC), Cyril Benzaquen, triple champion du monde du monde de kickboxing, défendra son titre le jeudi 13 juin 2019 au palais des sports à paris.
TFT – Le Triumph Fighting Tour, organisation internationale de Kickboxing organisée par Cyril Benzaquen s’empare du Dôme de Paris qui accueillera pour la première fois de son histoire la boxe pied-poing.

Cette soirée sera composée de 10 combats de haut niveau. Au programme, 2 Championnats du Monde avec Cyril Benzaquen et Karim Ghajji et des combats attendus avec la participation de champions tels que Thomas Alizier, Mickael Peynaud et plein d’autres…

GENÈSE DU PROJET

Fin 2015, dans le cadre de son projet de fin d’études, Cyril se lance le défi d’organiser un événement sportif exceptionnel : une soirée de Kickboxing en plein cœur de la mythique Université Paris Dauphine.
Le succès sera au rendez-vous pour cette première. Le temps d’un soir le grand amphi se transforme en un ring, et d’un poing, deux victoires : Cyril est de nouveau sacré Champion du Monde et officiellement diplômé d’un Master 2.

MESSAGE DE CYRIL BENZAQUEN

Pour cette occasion, le parrain de l’association SPVC adresse un message pour la lutte contre le cancer :

Cancer et compléments alimentaires : gare à l’automédication

Cancer et compléments alimentaires : gare à l’automédication

Aujourd’hui nous pouvons en trouver partout. En pharmacie bien sûr mais aussi dans les supermarchés, dans les magasins BIO et aussi malheureusement sur internet.

Liquides, solides en comprimés, en gélules ou en ampoules, ils prennent toutes les formes et toutes les couleurs.

Plein de promesses et de vertus, il ne faut surtout pas les considérer à la légère. Si au mieux ils ne vous font rien ils peuvent, au pire, faire de gros dégâts. La bonne nouvelle c’est qu’ils peuvent aussi vous soulager s’ils sont pris à bon escient et conseillés pour vous.

Dans le vaste monde des compléments alimentaire l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Compléments alimentaires on parle de quoi ?

Officiellement : « les compléments alimentaires sont des denrées dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de doses ».

Je vous l’accorde, cette définition est indigeste !

En pratique : les vitamines et oligo-éléments, les antioxydants, les extraits de plantes, les tisanes, les acides aminés, les acides gras, les huiles essentielles, les probiotiques, les prébiotiques…

Que recherchons-nous ? De la santé en gélule ? de l’énergie ? un meilleur sommeil ? On essaye de soulager les effets secondaires des traitements ? d’augmenter ses chances de guérison ? perdre du poids ? renforcer ses cheveux ?…

Toutes les attentes sont légitimes et méritent d’être entendues et prises en charge.

Cancer micro nutrition

Comment les utiliser ?

Les études révèlent que 54 à 81% des personnes touchées par le cancer consomment des compléments alimentaires souvent sans en informer l’entourage médical.

Dans le cadre du traitement du cancer, les compléments alimentaires peuvent améliorer la qualité de vie à court ou moyen terme mais ATTENTION aussi l’aggraver à long terme. Ils peuvent aussi diminuer l’effet thérapeutique de certains traitements.

En effet, suivant que le cancer est hormono-dépendant ou non, en radiothérapie en chimiothérapie ou en hormonothérapie, la réponse ne sera pas la même.

Prenons l’exemple concret d’une femme atteinte d’un cancer du sein. Pendant son traitement de chimiothérapie, la prise d’un complexe multivitaminé va accentuer son sentiment de fatigue. A l’inverse, plus tard après son traitement ces mêmes vitamines vont améliorer son état de santé.

En fait, il n’y a pas une réponse mais des réponses qui sont fonction des personnes, de la maladie, des traitements, du moment, du mode de vie, de l’alimentation, des pathologies concomitantes… Il y a une réponse unique pour chacun et donc pas de super-aliment miracle !

Quels compléments et comment les acheter ?

La qualité des « vitamines » compte également.  Tous les « magnésium » ne se valent pas et la différence est énorme entre un oxyde, un bisglycinate ou un citrate de magnésium.

Pour faire un tri avisé, il est essentiel de faire appel à un professionnel de santé formé et informé et d’en parler à votre oncologue.

La filière de distribution est fondamentale : Vous avez l’option supermarché, magasin bio, internet ou par correspondance donc seul devant un écran ou un rayon pléthorique sans personne pour vous guider.

Selon une enquête publiée en 2008 par l’Alliance européenne pour l’accès à des médicaments sûrs (EAASM) :
•    62 % des médicaments achetés en ligne sont des contrefaçons ou des produits de qualité inférieure.
•    94 % des sites Web ne disposent pas d’un pharmacien attitré aux compétences vérifiables.

Ou vous avez l’option Pharmacie où vous trouverez un professionnel qui délivre des produits dont la filière est sécurisée.  Le conseil devra être soumis à l’avis d’un spécialiste des réseaux de cancer.

L’accompagnement de l’institut-Rafaël et la micro-nutrition

Nous l’avons vu la prise de compléments alimentaires ne doit pas être faite à la légère. Néanmoins il est possible d’en prendre pour améliorer sa qualité de vie, soulager des effets secondaires… MAIS Il faut impérativement demander conseil à un professionnel de santé qui va écouter votre demande, adapter la réponse à vos obligations médicales et adapter la dose. Il est également essentiel d’en parler au corps médical qui vous entoure.

Les premiers compléments alimentaires santé à consommer sont les fruits et les légumes. A choisir de saison, colorés et osez la diversité.

Il existe de nombreuses variétés de pommes, de poivrons etc… chaque couleur dans l’assiette apporte des vitamines et des antioxydants naturels et protecteurs.

Une fois que votre alimentation sera optimisée, nous évaluerons vos véritables besoins micronutrionnels que l’on pourra complémenter.

Source : Delphine Lichte-Choukroun. Dr en Pharmacie & Nutritionniste

Comment l’intelligence artificielle rend le patient acteur de son suivi médical

Comment l’intelligence artificielle rend le patient acteur de son suivi médical

L’intelligence artificielle peut renforcer le rôle du patient dans le traitement de maladies chroniques. C’est ce qu’a montré la conférence « Comment l’IA révolutionne le monde de la santé » qui s’est tenue le 19 avril à Paris. A la clé, l’amélioration des chances de survie dans le cas de cancers.

L’intelligence artificielle (IA) dans la santé ne se résume pas à l’analyse d’images médicales. L’amélioration et la personnalisation du suivi médical d’un patient constituent aussi un des ses points forts. C’est ce qu’a montré la conférence « Comment l’IA révolutionne le monde de la santé » organisée par l’Acsel, l’association de l’économie numérique, le 19 avril à Paris.

Le cas de Moovcare, première application utilisant l’IA pour intégrer les remontées des patients à être remboursée par la Sécurité sociale, est particulièrement éclairant. Chaque semaine, les patients évaluent une série de symptômes grâce à un barème de 0 à 5 qu’ils remplissent sur l’appli. A partir de ces données, les algorithmes sont capables d’évaluer les risques de dégradation de l’état de santé et d’alerter le praticien.

 

« Une solution aussi fiable qu’un scanner »

« L’appli d’un patient suivi pour un cancer du poumon nous a alerté car il y avait une dégradation alarmante au niveau de la douleur. Deux mois avant l’imagerie de routine prévue, on a pu reprendre un traitement. C’est pour cela que le taux de survie est amélioré », témoigne Clément Draghi, chercheur à l’Institut Rafael.Les performances sont au rendez-vous et le médecin peut réellement compter sur cet outil d’IA : « Cette solution est aussi fiable que la réalisation d’un scanner », poursuit le chercheur. Intégrer encore plus d’informations et optimiser les algorithmes devrait permettre d’améliorer la sensibilité de la solution et augmenter la précision des alertes.

Moovcare illustre l’apport d’une IA qui, loin d’établir à elle seul un diagnostic, vient renforcer le rôle du patient dans son parcours médical pour améliorer son suivi et fournir au médecin une précieuse aide à la prescription, notamment en lui permettant d’être plus réactif pour relancer un traitement. « C’est une approche à 360°, analyse David de Amorim, directeur innovation santé de Docaposte.  L’IA ne se cantonne plus à l’analyse de la pathologie mais englobe tous les critères de la qualité de vie, notamment sociaux et psycho-sociaux. C’est une approche de médecine intégrative. »

Des phones bots pour remplacer les smartphones

Ces solutions passent pour l’instant par des applications sur smartphone. Pour les patients qui n’en utilisent pas, des alternatives sont en cours de développement, explique le docteur Francis Denis, interrogé par Industrie et Technologies. « À court terme, des robots téléphoniques, des phone bots verront très bientôt le jour pour appeler les patients, les interroger, intégrer leurs réponses dans des formulaires qui seront analysés avec des algorithmes pour transmettre des informations pertinentes à l’équipe soignante », détaille cet oncologue à l’Institut de cancérologie Jean Bernard, créateur de Moovcare mais aussi Smokecheck, une aide au dépistage du cancer chez les fumeurs.

Et d’ajouter : « L’enjeu est important car près de 40 % des plus de 70 ans n’ont pas accès à Internet alors que paradoxalement, ils ont le plus de maladies chroniques pour lesquelles un télésuivi serait utile. L’intelligence artificielle pourra ainsi réduire la fracture numérique en utilisant le bon vieux téléphone ! »

Source  :  https://www.industrie-techno.com/article/l-intelligence-artificielle-medicale-suit-le-patient-de-pres.55960